mercredi 12 janvier 2011

0b11111011010



Il aura fallu attendre que la fièvre me prenne et me cloue au canapé, pour qu'enfin je me décide à dresser un bilan de feue 2010. Exercice périlleux qui l'année dernière s'était soldé par des oublis monstrueux. Pas de top 10 cette année, pas de palmarès, encore moins de liste exhaustive, uniquement quelques albums marquants, chroniqués ou non dans ces pages, et qui, s'ils vous avaient échappé, méritent votre attentive et délicate attention. Miaou.

THESE NEW PURITANS - HIDDEN



















 Le coup de maître de 2010, couronné en fin d'année par un concert magique au Centre Pompidou. Plus de détails ici.


DEATHSPELL OMEGA - PARACLETUS


Ce n'est pas dans le retour de Burzum qu'il fallait attendre l'album de black metal de l'année mais dans le fantastique Paracletus des français de Deathspell Omega.  Chronique ici.


ENSLAVED - AXIOMA ETHICA ODINI


Depuis 2000 et Mardraum, Enslaved continue d'expérimenter avec talent, entre viking-black metal et metal progressif. Après un Vertebrae un peu moins bon que les précédents, les norvégiens reviennent et frappent un grand coup.





BATHS - CERULEAN
 

Bricolage électronique lo-fi organique, Baths à fait l'unanimité cette année. Chronique ici.


SHINING - BLACK JAZZ


Grindstone était un bon album. Black Jazz est un monstre. Un magma délirant de jazzcore très sombre, et très énervé, comme en témoigne cette reprise du 21st Schizoid Man de King Crimson :




THE DILLINGER ESCAPE PLAN - OPTION PARALYSIS


 Une grosse machine qui sait ce qu'elle fait et qui le fait bien, Option Paralysis est un album réussi, et un rebond certain après le décevant Ire Works. Chronique ici.


JOHAN JOHANSSON - AND IN THE ENDLESS PAUSE THERE CAME THE SOUND OF BEES



















Un album d'ambient néo-classique prenant, bande-son d'un film d'animation. Sorti en 2009 uniquement en vinyl, il est disponible en CD depuis avril 2010 (donc non, c'est pas de la triche).








Retenons aussi:
- le breackcore baroque d' Igorrr
- Haus Arafna, maîtres incontestés de la scène power electronics
- le retour de The Third Eye Foundation
- le massif dernier album d'Earthride
- le talent de songwriter de Villagers
- la consécration de Foals
- la magie d'Emeralds
- Deftones, et leur très bon Diamond Eyes
- Celeste, plus désespérés et violents que jamais
-la volupté d'Infinite Body
-l'album de Salem, seul groupe notable du très creux mouvement Witch House

Et qu'on ne me fasse plus chier avec 2010.

6 commentaires:

  1. ok, on ne te fera plus chier avec 2010!
    Alors, ça vient cette première chronique 2011!!!
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Sans argument (ou si peu mr le procureur), j'écrirai simplement que le dernier Enslaved est une blague, ou comment assimiler les défauts cul-cul du prog avec ceux du metal :-D

    RépondreSupprimer
  3. Docteur Frank N Furter vous me décevez. Le dernier Enslaved est génial.

    Quant à vous Mmarsu, la première de 2011 ne saurait tarder.

    RépondreSupprimer
  4. Le DEATHSPELL... est un très bon album,même s'il synthèse plus les bons points des deux premiers volets de la trilogie qu'il n'apporte quelque chose de nouveau. Le ENSLAVED que j'ai découvert que suite à un très récent voyage en Angleterre est vraiment une perle, un des ces disques qu'on écoute d'un bout à l'autre sans rien jeter.

    Quant au SHINING, une vraie balle dans la tête, je m'en veux vraiment de les avoir rater live en revanche...

    RépondreSupprimer
  5. Je persiste, le dernier Enslaved est à la limite de la niaiserie :-D

    RépondreSupprimer
  6. Jolie sélection (Emeralds en particulier). Je trouve qu'il manque à la liste Le Noise et Grinderman II, quand même.

    Sinon moi sur mon île j'ai découvert: Vessels, Kong, Timothy C Holehouse, Juffage, Serious Sam Barrett, dbh, et plein d'autres trucs chouette. Que des gens très bien, généralement velus du menton. Et si seulement je savais apprécier le hardcore je souffrirai sans doute un peu moins quand les copains de Hammer et Pine Barrens s'égosillent.
    La scène DIY et la pinte à une livre me consolent de la grisaille et d'un gouvernement aussi pourri que la météo... mais vive Manchester, quand même.
    Et vive ce blog, ça faisait fort longtemps que je ne m'y étais pas promenée. Il est toujours aussi bien :)

    RépondreSupprimer