mardi 21 juillet 2009

Anaal Nathrakh - In the Constellation of the Black Widow



Aufan, mais qui sont ces mecs? Que leur a fait subir leur maman (ou leur tonton Gérard) pour qu'ils nous vomissent une telle haine? Leur dernier opus (Hell Is Empty And All the Devils Are Here) m'avait un peu laissé dubitatif : toujours extrêmement violents, les britons avaient néanmoins mis de l'ordre dans leur capharnaüm (structures couplet/refrain), aseptisé (tout est relatif) leur son et saupoudré leurs compos d'un riffing plus thrash et catchy un peu déconcertant. Il semble que ce travers soit aujourd'hui oublié :

Pour ce qui est du son clean et chirurgical, ItCotBW se pose là, enterrant définitivement les gargouillis de vieilles raclures de rouilles de The Codex Necro. La prod est encore plus propre que sur le précédent, mais elle est cette fois mise au service de compositions beaucoup plus brutales. Anaal Nathrakh est en roue libre, plus violent que jamais, et tabasse d'un bout à l'autre de ces (courtes) 35 minutes. La recette est la même que d'habitude : black, death, grind et tamère, blasts intersidéraux, chant varié (growl, hurlements saturés de maniaque totalement cramé) sur des titres cette fois assez courts.
On notera avec plaisir l'usage plus modéré du chant clair heavy et épique rappelant Ihsahn ou Thebon (Keep of Kalessin) ainsi que ce don (retrouvé) pour conjuguer ultraviolence et mélodies entêtantes. Ajoutez à cela un titre d'album avec "black" dedans, une pochette avec un corbeau, un squelette et une faux et on est en droit de se dire qu'on a là un putain de bon cd.


3 commentaires:

  1. Je t'assure qu'il vaut le coup Gugulolo. T'as bien 35 minutes à perdre entre 2 Megadeth ^^

    RépondreSupprimer
  2. à chaque fois que je l'ai tenté j'ai tenu 1 morceau et demi

    RépondreSupprimer